Semaine 15 : IRAN

Départ de Téhéran

Après trois jours passés avec Meysam, nous voulons nous enfoncer un peu plus dans le sud du pays. On cherche le réel changement : le choc culturel, la chaleur des pays du Golf et surtout de nouvelles rencontres inoubliables.

Nous changeons de plan au dernier moment en suivant les conseils de Meysam : nous ferons une halte sur Qom, passage obligé sur la route du sud. C’est avec un kilo de pâtisseries sur le dos que nous quittons Téhéran, hospitalité iranienne oblige !

Teheran 1

Après un lift rapide et facile nous voilà à 150 km de Téhéran. À notre arrivée, on comprend qu’il va vite falloir sortir de cet attroupement de taxis. En deux minutes, je me suis fait quatre nouveaux frères et trois nouveaux amis. Mais on commence à savoir comment les éviter : nous avons progressé dans le farsi.

« Hello my friend, hello my brother, taxi, taxi, taxi ! very cheap just for you !»

« aaaaahhh, my friend ! Ok but POUL NADARIM !»

Ça stoppe direct les ardeurs de tout le monde quand ils comprennent que tu n’as pas d’argent.

 

Nous nous enfonçons à pied dans cette ville. On commence à avoir vraiment faim et à part des garages, il n’y rien du tout. Si tu as un problème avec ta voiture ou ta 405, pas de souci mon ami, viens à Qom chercher le bonheur. Mais ça ne résout pas notre problème.

On trouve enfin un « resto », si je peux appeler ça un resto. Disons un local où nous mangeons un petit bout après une dure négociation, car ici, tout se négocie. À ce moment, on commence à se poser des questions sur notre venue. Le feeling avec cette ville n’est pas au rendez-vous. Mais au cœur de la ville, on comprend pourquoi nous sommes là et je prends une bonne claque, comme on dit si bien. Toute la beauté de l’Iran est à l’image du temple.

Le mausolée de Fatimah al-Masumeh est un temple pour les musulmans chiites et fait partie des plus grande Haswa (séminaire religieux) du monde avec celle de Nadjaf en Irak. C’est donc une ville sainte pour les chiites.

Une fois à l’intérieur, je suis ébloui par les mosaïques, les couleurs, l’architecture. Il y règne une bonne atmosphère ; nous apercevons des familles mais aussi quelques touristes en quête de nouveau monde.

La nuit tombée, le temple brille de mille feux. Il fait toujours bon et chaud dehors. Nous faisons même la connaissance de backpackers de notre âge avec qui nous passerons un bout de soirée à échanger sur la vie de nomade.Qom 7

Qom 1Qom 41 Qom 8 Qom 5 Qom 3 Qom 2
ISPAHAN

Réveil 5h 30. Après seulement quelques heures de sommeil, nous voilà levés au chant du coq. Ce n’est pas notre habitude mais il faut faire avec. Voyons le bon côté des choses, au moins on arrivera tôt sur Ispahan, et pourquoi ne pas commencer à visiter l’ancienne capitale perse ?

L’Iran tient toujours sa réputation et on arrive en quelques lifts sur place. La fatigue se fait vraiment ressentir. Aujourd’hui ça sera donc repos à l’hôtel et échange en fin de soirée avec les quelques touristes venus plus particulièrement d’Allemagne, de Hollande et bien évidemment, de France.

Après cette journée de repos, nous sommes donc parés et au taquet pour visiter et nous perdre dans les dédalles de la ville, qui est juste ma-gni-fi-que ! Elle est pour moi la plus belle ville visitée d’Iran et de loin. Les familles en occupent la plupart du temps les parcs et les coins de verdure. Cette ville a vraiment une âme, et une telle richesse culturelle !

Nous passerons trois jours à en visiter les monuments et les recoins moins connus. L’église arménienne est merveilleusement intacte, le parc d’Ali Qapu quant à lui est le lieu incontournable de la ville : il abrite à lui seul la grande mosquée, le temple de l’ancien roi de perse ainsi que le bazar, très typique.Ispahan 4

Ispahan 19Ispahan 20Ispahan 12Ispahan 11Ispahan 10Ispahan 13Ispahan 3

Le reste de la ville n’a rien à jalouser au parc. On peut y voir entre autres l’ancien temple de feu de la religion zoroastrisme (Oui, je sais, je me suis également couché moins bête le jour où j’ai appris l’existence de cette religion), le parc aux oiseaux, les deux ponts envoient du bois ou encore l’ancienne mosquée.
Bref Ispahan est à couper le souffle.
À la différence avec de Qom, où l’on va voir le temple, c’est ici la ville entière qui est à découvrir et pas seulement un lieu particulier.

Qom 6Ispahan 9Ispahan 6 Ispahan 16Ispahan 15Ispahan 14 Ispahan 17Ispahan 8Ispahan 18Ispahan 1 Ispahan 2

De plus pendant ces trois jours de visite, on a également fait la connaissance de Sharifi. Nous avons passé ce qui est pour moi, la meilleure expérience couchsurfing de ce début de voyage. Nous avons été accueillis au domicile de sa sœur, qui y vit avec ses cinq enfants, âgés de 12 à 35 ans, son mari, et la femme de son 1er fils. Nous étions au total onze attablés autour du festin préparé par la maitresse de maison.

Nous passerons nos deux soirées avec eux à échanger sur les différences culturelles, religieuses, de nos vies de tous les jours, de nos relations avec nos amis et de nos familles.

Ils sont tous attentifs et ne sont pas avares de questions. J’essaye de ne manquer aucune miette de ces échanges car ils sont culturellement enrichissants.

Quand il sera l’heure de parti vers Yazd, on verra la famille attristée de nous voir continuer notre chemin. Plus que des hôtes, nous avons réellement senti faire partie de cette famille. La mère nous glissera un petit mot doux en disant qu’elle nous a accueillis comme deux de ses propres fils. Voilà exactement le genre d’expérience que je suis venu chercher au cours de ce périple.

Ces deux soirées avec cette famille resteront à jamais gravées dans ma mémoire. J’ai reçu une véritable leçon d’hospitalité et de générosité.

Ispahan 7 Ispahan 5

 

YAZD

Yazd est la ville où on aura vraiment ressenti le changement de climat. Moi qui transpire déjà de tout mon corps depuis un moment, j’entends tous les locaux me dire que :

« Yazd : hot, hot ! »

Oui, et bien je ne vais pas tant ressentir cette chaleur, il fait déjà très chaud pour moi. Ça sera du pareil au même.

Au final, je crois que je devrais plus souvent apprendre à écouter les locaux.

En sortant de la voiture qui nous a emmenés d’Ispahan à Yazd, je me prends un coup de mulet derrière la nuque. Il est pourtant 19h, et il doit au moins faire 35°C à l’ombre.

Qu’est-ce que je fais là ? Mon corps de Breton a du mal à s’acclimater. Je cherche désespérément le peu d’air. Il va falloir que je m’acclimate au plus vite car le sud de l’Iran est pire que ça selon les dires.

Yazd 1 Yazd 2

Le peu que nous avons vu à notre arrivée est à l’image de ce que je me faisais de l’Iran : Ville entourée par le désert, climat aride, maisons et murs du centre-ville en terre cuite. En gros, c’est l’Iran que j’étais venu chercher.

 

Par le plus grand des hasards, on débarque avec notre couchsurfer pour un anniversaire surprise. Nous sommes cinq au total. Ce que j’adore dans ce voyage, c’est le fait de passer une nuit avec une famille modeste, d’être dix à table autour du repas, et le lendemain, de fêter l’anniversaire d’un parfait inconnu dans un appartement des plus cosy.

Yazd 3

Mais les anniversaires en Iran n’ont rien à voir avec les anniversaires de chez nous.
Ici on offre les cadeaux en premier, on boit ensuite, le plus possible tant qu’à faire, après on attaque le dessert puis les fruits pour finir par le plat principal.

 

OÙ EST LA LOGIQUE LES GARS ??????

 

Autant vous dire qu’à minuit, on ferme les rideaux et on rentre chez nous. Tu bois jusqu’à plus soif complétement à jeun et une fois que tu es bourré et que ta tête tourne, tu attaques le sucré puis le salé.

Sur ce coup-là, je n’arrive pas trop à comprendre cette différence culturelle et je l’encaisse assez mal. Ce soir c’est dodo, enfin… Je ne sais pas si on peut appeler ça une vraie nuit réparatrice quand tu es réveillé toutes les deux heures par les moustiques qui ne souhaitent qu’une chose : te faire la peau !

 

Bref c’est un peu défiguré que je finis ma semaine et que je vous embrasse tous.

Pierre-Do est déjà attelé à l’écriture de sa semaine. Professionnalisme oblige.

 

La Nomade Bise

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *